ARTISTS FOR GAZA - Une initiative d'un collectif de photographes tunisiens

Publié le 18 Août 2014

Ce projet est un appel à contribution lancé par un collectif de photographes tunisiens en solidarité avec la population civile de Gaza et accessible via l'adresse suivante : www.58secs.com

ARTISTS FOR GAZA - Une initiative d'un collectif de photographes tunisiens

Ils l’appellent «délai humanitaire» pour évacuer les lieux avant que le bombardement ne commence. Ils envoient un sms ou vous passent un coup de fil. Ils envoient parfois des tracts. Ils utilisent aussi des «roof knockers», bombes latérales qui rasent les toits et qui signifient que le pire arrive juste après .

Quand c’est votre tour de recevoir leur message, vous n’avez pas plus de 58 secondes * pour vous enfuir.

Pouvez-vous croire que ça vous arrive maintenant à vous! Les questions commencent à affluer: «Pourquoi moi? Qu’ai-je fait de mal? Comment y échapper est ce que je pourrais courir assez vite? Vous regardez vos quatre enfants en bas âge et vous vous demandez lequel prendriez vous dans vos bras pour vous enfuir ? Que ferez vous de votre mère alitée ? Qu’emporterez vous avec vous ? Vos photos de famille ? Vos papiers ? Non, les quelques billets que vous gardez précieusement sous votre matelas ? Les médicaments dont votre fils ne peut se passer ? Avez-vous le temps pour passer un coup de fil ? Demander de l’aide, dire au revoir? Quelle sera la dernière image de cette vie qui disparaît en quelques secondes? Où veulent-ils que vous alliez ?! Avez-vous vraiment le temps d’être en colère ? Il pleut des bombes dehors …

Où irez-vous ?! Vous avez nulle part où aller, nulle part où se cacher!

Auriez vous le temps de vous poser toutes ces questions et d’agir en conséquence ? Aucune des personnes qui a reçu ce message ne nous le dira. Presque toutes reposent sous les décombres de leur maison pulvérisée par une bombe annoncée.

Il vous sera impossible de vivre ces 58 secondes à leur place. Mais vous pourrez imaginer la scène, et produire une image juste une, qui exprimerait une partie de ces 58 secondes de désespoir, de colère, de panique et d’injustice.

En l’honneur et la mémoire des victimes de cette folie.

* Dans tous les cas, le délai donné à la population civile de Gaza est très court. Le plus court est de 58 secondes avant le bombardement

Héla Ammar

Rédigé par Mériem Djebbabi

Publié dans #EurêKa

Repost 0
Commenter cet article